Bonjour, nous somme le 22/09/2017 10:58:52 Passez une agréable journée.

 

l'écosse 

L'Écosse

Écosse par Frédéric Donzelli 

Écosse, pays de légendes... et bien plus encore. Si les fantômes et le monstre du loch Ness attirent encore quelques curieux, la plupart des voyageurs recherchent le subtil mélange entre une nature brute et sauvage, une histoire riche et une culture singulière.
Écosse, terre de brume... Les amoureux de landes couvertes de bruyères et de lochs romantiques, de falaises et de cascades rentreront comblés, surtout s’ils s’aventurent dans le nord-ouest du pays, à la découverte des Highlands. Cette région figure parmi les mieux préservées d’Europe : moins de dix habitants au kilomètre carré ! On y trouve peut-être une plus forte densité de moutons... quelques vaches atypiques aux poils longs et à la frange rebelle (Highland cattle), ainsi que d’innombrables phoques et oiseaux qui peuplent la multitude d’îles. Dépaysement garanti !
Quant aux Écossais, on les découvre très chaleureux, à l’image de l’atmosphère qui règne souvent dans les pubs. Leur cuisine révèle aussi quelques bonnes surprises, comme le haggis, la fameuse panse de brebis farcie, tant redoutée chez nous et pourtant plébiscitée « meilleur plat d’Écosse ».
Le seul ennemi potentiel du routard reste la pluie. À tel point que l’Écossais prétend avoir inventé le kilt pour ne plus avoir à mouiller ses bas de pantalons ! Le lecteur avisé veillera donc à emporter bottes et ciré. Et à faire preuve d’un peu de patience : les paysages d’Écosse rivalisent tellement de beauté entre chaque grain... 

Carte d'identité

Statut : l'Écosse est une nation constitutive du Royaume-Uni, avec l'Angleterre, le pays de Galles et l'Irlande du Nord.
Superficie : 78 783 km².
Population : 5 194 000 habitants (soit un peu moins de 10 % de la population du Royaume-Uni).
Capitale : Édimbourg.
Monnaie : la livre sterling.
Régime politique : démocratie parlementaire.
Nature de l’État : Monarchie constitutionnelle. Parlement autonome écossais depuis 1999.
Chef de l’État : la reine Élisabeth II (pour le Royaume-Uni ; depuis le 6 février 1952).
Chef du gouvernement : le Premier ministre David Cameron, conservateur (depuis mai 2010).
- Premier Ministre d'Écosse : Alex Salmond (depuis mai 2007).
Sites inscrits au Patrimoine mondial de l'Unesco : l'île de Saint Kilda (1986) au large de Lewis et Harris, la vieille ville et la nouvelle ville d'Édimbourg (1995), le cœur néolithique des Orcades (1999), la cité ouvrière de New Lanark (2001) et le mur d'Hadrien (2008), bâti par l'empereur du même nom pour tenir les Barbares en respect, un classement à l'échelle du continent dans le cadre des « frontières de l'Empire romain ».
St Kilda

Économie

Le PIB écossais s’appuie sur la mise en valeur des ressources naturelles de la région. D’un côté, une agriculture fondée sur l’élevage et ses débouchés, associée à l’exploitation des richesses de la mer ; de l’autre, l’exploitation pétrolière, qui a pris le relais de l’activité minière. N’oublions pas le tourisme, dont l’impact économique reste significatif.
L’Écosse comptabilise environ 8 % de chômeurs, un chiffre en dessous de la moyenne européenne.

Une industrie tirée par le pétrole

Face au déclin de l’industrie lourde, la découverte des gisements de pétrole de la mer du Nord a relancé le secteur industriel, la chimie représentant désormais la deuxième source d’exportation (derrière le whisky !).
Et les retombées économiques du boom pétrolier sont nombreuses (construction de plates-formes de forage et raffineries, mais aussi transports, commerce...). Pourtant, la production de pétrole a considérablement diminué, s’effondrant de 50 % en dix ans. Le parti nationaliste affirmait même en 2007 que les ressources pétrolières rapportaient au Royaume-Uni la bagatelle de 32 milliards de livres (près de 42 milliards d’euros). Une manne que les Écossais voudraient bien conserver pour eux ; si, aujourd’hui, l’Écosse était indépendante, le pétrole représenterait 15 à 20 % de son PIB.
gisement écossais

L’épuisement total des gisements étant programmée d’ici à 2040, le gouvernement écossais souhaite, à la manière de la Norvège, créer un fonds alimenté par les revenus pétroliers et destiné à développer les énergies vertes. L’Écosse entend d’ailleurs atteindre dès 2020 les 100 % d’énergies renouvelables, et devrait donc au passage démanteler ses centrales nucléaires.

Enfin, autres secteurs industriels importants, l’électronique et les nouvelles techniques de communication.

Laine, saumon et whisky

La relative pauvreté des terres a toujours constitué une entrave, que seul combat un drainage fastidieux des sols tourbeux. L’élevage d’ovins a donc constitué la source de revenus la plus attractive pour les propriétaires terriens, qui n’ont pas hésité au XVIIIe siècle à chasser les fermiers pour les remplacer par des troupeaux de moutons. C’est le tragique épisode des clearances qui ont désertifié les Highlands et contraint leurs habitants à prendre le chemin de l’exil pour le Nouveau Monde.
Les filatures des vallées de la Clyde et de la Tweed ont constitué, dès le début du XIXe siècle, le creuset de l’industrialisation écossaise. La laine garde encore une place significative dans l’économie.
ovins en Ecosse

Fjords, lochs et rivières constituent le biotope idéal pour l’élevage du saumon, de la truite et des crustacés. Largement encouragées par les subventions européennes, les « fermes marines » fleurissent et exportent avec succès leurs produits frais ou fumés.

Activité traditionnelle de l’Écosse, la pêche en haute mer à l’aide de petits chalutiers subit de plein fouet la concurrence des navires-usines des autres nations européennes.

Enfin, première exportation et principale ressource en taxes du gouvernement, le whisky et ses secrets vous sont exposés plus haut dans « Boissons ». Il rapporte quelque 3 millions d’euros par an à l’économie.
Whisky écossais

L’impact de la crise financière

Comme de nombreux pays industrialisés, l’Écosse a subi ces dernières décennies une réelle chute de l’industrie et de l’agriculture au profit des services, et surtout des activités financières. Un secteur frappé de plein fouet par la crise financière mondiale de 2008. Le Premier ministre britannique de l’époque, Gordon Brown, fut alors contraint de débloquer des fonds exceptionnels pour sauver les deux grandes banques écossaises (RBS et HBOS). 

Culture

Musées et monuments

La plupart des monuments sont très bien entretenus et parfaitement mis en valeur. Deux organismes assurent la gestion de la quasi-totalité des sites les plus intéressants d'Écosse : Historic Scotland (HS) et le National Trust for Scotland (NTS)
Le prix des entrées pouvant être assez élevé, il est préférable de se procurer un pass. Chaque organisme a le sien, d'où un problème de choix. En gros, HS est mieux implanté au sud (Lothian, Borders, Dumfries & Galloway) et NTS au nord (Grampians, Highlands), le centre étant également partagé entre les deux.
Il est possible d'acheter ces pass à l'office de tourisme dans l'aéroport d'Édimbourg.

Attention : la crise frappe durement ces organismes qui fonctionnent essentiellement grâce à des donations. Certains sites « mineurs » ont vu leurs horaires d'ouverture drastiquement diminués ou ont été fermés.

Gaélique et renaissance celtique

Fàilte ! (Bienvenue !), voilà le slogan des Écossais de l'Ouest et des îles qui vous accueillent en Alba (Écosse en gaélique). Si les habitants de la côte occidentale de l'Écosse parlant réellement le gaélique ne sont pas légion, la redécouverte du monde celtique est un fait de société.

Le gaélique d'Écosse, langue officielle depuis 2005, est apparenté aux autres langues celtiques : l'irlandais (langue officielle de l'Eire) et le manxois (de l'île de Man), qui n'est plus guère parlé que par un gros millier de personnes. Le gallois, le cornique (des Cornouailles) et le breton appartiennent à un autre groupe celtique, dit brittonique.

En Écosse, la minorité linguistique gaélique dispose de moyens importants pour tenter de redynamiser son usage : des crèches et dessections primaires l'enseignent en immersion, et des émissions deITV ou Radio-Scotland diffusent quotidiennement des programmes en gaélique. Une station dédiée de la BBC émet presque à 100 % en gaélique. Reste que, contrairement à l'Irlande et au pays de Galles, son étude n'est pas obligatoire. En Argyll, sur Skye et dans les Hébrides, toutes les indications de lieu sont toutefois dans les deux langues. Mais c'est sur l'île de Lewis et Harris (Hébrides) que la pratique du gaélique et sa défense mobilisent le plus. Plus de 60 % des habitants de cette île s'avèrent bilingues gaélique-anglais et il n’est pas rare là-bas que les indications de lieu n’apparaissent qu’en gaélique.

Beaucoup de jeunes Écossais sont sensibles à leur héritage celtique, à travers la musique notamment. D'innombrables festivals folk fleurissent et attirent de plus en plus de monde autour de ceilidhs(concerts de musique traditionnelle ou soirées de danses folkloriques ; à ne pas manquer). Les artisans ne sont pas en reste et remettent au goût du jour la joaillerie celtique et l'illustration proche de l'enluminure médiévale.  
music folk écossaise

Cuisine et boissons 

Cuisine

En Écosse, comme d’ailleurs partout en Grande-Bretagne, on mange plus tôt qu’en France. Pas toujours évident, en effet, de se faire servir à dîner après 21h. À cette heure-là, à la campagne, les restos ont souvent déjà fermé ! Il est également conseillé de prendre son déjeuner avant 14h, sous peine d’être réduit à manger ses derniers biscuits. Les grandes villes comme Édimbourg échappent bien évidemment à la règle, où l’on peut s’attabler jusqu’à 22h, voire un peu plus tard en fin de semaine.

Le breakfast, servi en général de 8h à 9h, commence le plus souvent par des cereals ou du porridge (bouillie d'avoine au lait, bien meilleure avec un peu de crème et du sucre roux) et un jus de fruits. Vient ensuite le cooked breakfast avec des œufs (au plat, brouillés ou pochés), du bacon et des saucisses et un potato scone (typiquement écossais). En général, il y a également un petit accompagnement de tomates, champignons, voire parfois des baked beans (haricots en sauce sur toast). Enfin, pour terminer, des toasts beurrés accompagnés de marmelade d'orange. Et thé ou café au lait. 
La plupart des B & B et des hôtels servent désormais ce généreux petit déj, appelé full Scottish breakfast.

Les spécialités écossaises

L'Écosse possède quelques délicieuses spécialités. D'abord le haggis; c'est une panse de mouton farcie avec la fressure de l'animal, sel, poivre, oignons, avoine, longuement cuite et en général accompagnée de purée de navets et de pommes de terre. Il existe une version végétarienne : la viande est remplacée par un mélange de haricots noirs, lentilles, champignons, carottes et autres épices. Le haggis est souvent proposé comme entrée.
le haggis

Pour la viande, pensez à goûter le bœuf Aberdeen Angus, le mouton et l'agneau, bien sûr, la grouse (le lagopède ou coq de bruyère d'Écosse), le pheasant (faisan) et le venison (cerf) qu'on peut aussi trouver en tourte.
bœuf Aberdeen Angus

Essayez également les stovies, à base de pommes de terre et d'oignons accommodés avec de la viande (sorte de hachis parmentier) ou des légumes. Servis au petit déjeuner, les délicieux tattie scones(également à base de pommes de terre) et le lorne sausage, une sorte de pain de viande épicé. Le Scotch broth et le cok a leekie sont des bouillons de mouton ou de bœuf pour le premier, de poulet pour le second. 
stovies
N'oubliez pas les produits de la mer : soupes de poisson (notamment le cullen skink, une soupe crémeuse à base de haddock, fumé et de pommes de terre), truite, haddock pané, saumon bien sûr (d'élevage, ne pas se faire d'illusion), Saint-Jacques (scallops), moules (souvent très bonnes), crabe, huîtres et encore d'autres fruits de mer. Les langoustines sont très populaires dans les ports de la côte ouest.

Enfin, pensez à goûter la marmelade de Dundee.

Boissons

Thé et café : il existe de nombreux tearooms et coffee shops. Si vous désirez un café noir (black coffee), précisez-le, sinon on vous le servira au lait. De plus en plus de cafés servent un vrai espresso
Bières : c'est un peu, avec le whisky, la boisson emblématique de l'Écosse. A snakebite est un mélange cidre-bière. Le cidre, moins doux que chez nous, est parfois servi à la pression. Pour les non-amateurs de bière : la ginger ale
Whiskies : un peu le breuvage national ! Le whisky est taxé en Écosse à près de 65 %. Si bien qu’on conseille de s’initier là-bas mais d’acheter sa marque préférée en... France. Cela dit, vous dénicherez sur place des bouteilles que vous trouveriez difficilement en France.
Boissons non alcoolisées : que ceux qui supportent mal l'alcool demandent un babycham (sorte de mousseux) dans les pubs, ou un jus de fruits (souvent plus cher que l'alcool). Essayez aussi la boisson écossaise rivale du Coca, le Irn-Bru
Vins : les amateurs de vin se réjouiront de trouver de plus en plus dewine bars, très tendance depuis quelques années, mais chers. Les Britanniques consomment plus de vin que de bière depuis le milieu des années 1990 ! C'est l'occasion de découvrir les vins du Nouveau Monde (des États-Unis, de Nouvelle-Zélande, d'Afrique du Sud ou encore d'Australie). On peut aussi apporter sa bouteille dans certains restos ou à la table d'hôtes de son B & B, ces derniers ne possédant pas souvent de licence d'alcool. Une disposition parfois abrégéeBYOB en vitrine (Bring Your Own Bottle). 
Vins doux : il y a le xérès d'Espagne, pas très cher. Essayez aussi le porto (port). 
Liqueurs douces : goûtez le Drambuie ou l'Irish cream, au café. Si vous préférez les mélanges, essayez un dry martini ou une vodka and lime, pour faire écossais. Lime signifie à la fois une rondelle de citron vert et du sirop de citron.

La bière

La lager, toujours blonde, bien pétillante et servie fraîche. On la trouve en bouteille ou à la pression (on tap). La plus répandue est sans conteste la Tennent's lager, une bière brassée à Glasgow. 
La ale, qui désignait autrefois une bière sans houblon. Aujourd'hui, c'est le mot utilisé pour toute bière plus ou moins brune, moins gazeuse (just fizzy) que la lager. 
La stout, ou bière noire, comme la Guinness. La plupart sont irlandaises, mais il en existe des écossaises, comme la Sweetheart Stout ou la Orkney Dark Island (extra !).
bières écossaises

Le whisky

Ne vous avisez surtout pas, devant un Écossais, de mettre du Coca ou de l'eau gazeuse dans votre verre de whisky. Seule exception : on peut allonger son whisky d'un peu d'eau de source (mais non gazeuse !).

L'étranger se trahit quand il commande « a whisky » dans un pub, le terme habituel étant a dram ou a half, une mesure de whisky ordinaire.

Les différentes catégories de whisky

Malt whisky : l'élite des whiskies, fabriqués pour la plupart dans les Highlands. Au mieux, ils sont single malt (100 % d'orge maltée, une seule distillerie), voire issus d'un seul tonneau ; sinon, ils peuvent êtrepure malt (100 % d'orge maltée) mais résultant d'un assemblage de plusieurs single malts provenant de différentes distilleries. Le suivi du vieillissement par le maître de chai est primordial, le breuvage perdant avec les années une partie de son taux d’alcool.
Grain whisky : les vrais amateurs ne reconnaissent pas à ce breuvage bon marché, peu goûteux et destiné aux mélanges deblended, le droit de porter le nom de « whisky ». Généralement, il est fabriqué avec 10 à 20 % d'orge. 
Blended whisky : de tous les whiskies écossais consommés dans le monde, 90 % sont des blended. On trouve dans leur composition 60 à 80 % de grain whisky et 20 à 40 % de malt whisky.

Hébergement

Le site de l'office de tourisme d'Écosse permet de rechercher tous types d'hébergements, de l'hôtel au camping en passant par les châteaux, les lieux insolites et les alternatives écolos, de les localiser sur une carte, d'en vérifier les disponibilités et de faire ses résas en ligne.
Sur place, VisitScotland fournit la liste gratuite des hébergements et propose un service de résa par téléphone (0845-859-10-06) ou via les offices de tourisme : peut s'avérer utile, moyennant une commission de £ 4.

Les auberges de jeunesse (SYHA, Scottish Youth Hostels Association)
auberges de jeunesse écossaises

La Grande-Bretagne fait partie des pays qui possèdent le plus d'AJ officielles au km². Compter en général £ 12-20 par personne en dortoir, sans le petit déj (souvent disponible dans la cuisine pour environ £ 5). Il n'y a pas de limite d'âge pour séjourner en AJ.

- Sur place, la carte de membre coûte £ 10 par adulte ; gratuite pour les étudiants et les de moins de 16 ans. Pour les non-membres, supplément de £ 2 à payer par nuit. Au bout de 7 nuits en AJ, tout résident de l'Union européenne devient automatiquement membre.

- Dernier petit tuyau : une carte de fidélité permet d'avoir la 8e nuit gratuite (en dortoir) dans n'importe quelle AJ sauf les vendredi et samedi (et sauf en août à Édimbourg). Beaucoup d'AJ sont fermées en hiver, et la réception n'est généralement pas accessible (du moins dans les AJ en dehors des villes) entre 10 h 30 et 17 h (heures de nettoyage).

- Les auberges sont souvent assez confortables. L'hébergement se fait en principe en dortoirs de 2 à 8 lits (non mixtes) avec, en plus, quelques chambres doubles et familiales. Elles disposent toutes de cuisine, de l'accès (payant) à Internet si l’on utilise les ordinateurs à disposition (en revanche, le wifi est généralement gratuit), et d'une ou de plusieurs machines à laver et parfois d’une petite épicerie de dépannage. Enfin, certaines d’entre elles sont aménagées pour l’accueil des personnes handicapées.

Attention, toutes n'acceptent pas les enfants. Mieux vaut se renseigner avant.

- Il est toujours plus sage de réserver, surtout en été (nécessaire sur l'île de Skye ou au mois d'août à Édimbourg) et pendant les vacances scolaires.

- Les plus prévoyants peuvent réserver en ligne avant le départ surhihostels.com.

Les AJ indépendantes

Dénommées Independent HostelsBunkhouses ou encoreBackpackers Houses, elles sont encore plus répandues que les AJ officielles, sauf dans le sud de l'Écosse où elles sont très rares. Moins strictes, elles se démarquent souvent par une atmosphère plus chaleureuse, plus routarde que les AJ officielles, et sont, à quelques exceptions près, bien tenues. 
Tarifs équivalents à ceux des AJ officielles et prix unique pour tous (pas de carte de membre). Autre différence : une partie des dortoirs y sont en général mixtes, et les capacités des plus grands peuvent atteindre les 20 lits. Sinon, l'équipement de base (cuisine, salon, laverie, wifi et accès Internet...) est grosso modo le même. Mais, en principe, les bunkhouses sont plus rudimentaires.
Pour réserver, le plus simple est de téléphoner directement à l’auberge.

Renseignements auprès de SIH (Scottish Independant Hostels) etScotland TopHostels.

Autres bases de données d’adresses bon marché : hostels.com,hostelworld.com et hostelbookers.com (pas de frais de résa pour ce dernier).

Les Bed & Breakfast

Ce sont les précurseurs de nos maisons d'hôtes. On y loge en principe chez l'habitant. Toutefois, certains B & B louent jusqu'à 10 chambres, parfois dans une maison distincte de celle des propriétaires. Dans ce cas, on parle plutôt de guesthouse, à mi-chemin entre le B & B et le petit hôtel. Moins cher que l'hôtel, le B & B offre un hébergement de confort équivalent et, souvent, un supplément de charme et de convivialité.
B&B écossais

Le prix annoncé est souvent par personne, sur la base de l'occupation d'une chambre double, et inclut le petit déj. La plupart des B & Bproposent des chambres ensuite, avec salle de bains privée attenante. La plupart sont désormais aussi équipés du wifi, même dans les endroits les plus reculés, et c’est généralement gratuit. En revanche, assez rares sont ceux qui prennent les cartes de paiement.

Côté commodités, la douche est souvent électrique (penser à allumer l’interrupteur), pas évident alors de régler la température (attendez-vous à expérimenter la fameuse douche écossaise...). Dans le même genre, les Écossais n’ont toujours pas inventé l’eau tiède. La plupart des lavabos n’on pas de mitigeur, c’est brûlant, ou glacé. C’est alors un vrai plaisir de se laver les mains en plein hiver...

- Enfin, le B & B n’étant pas un hôtel, il n’est pas indiqué de débarquer après 18h sans avoir prévenu. Surtout si vous êtes en possession devouchers ! Car le propriétaire n’étant pas toujours payé d’avance par les agences, mais seulement après l’envoi du document, il peut envisager de louer la chambre à quelqu’un d’autre s’il ne voit personne à l’heure prévue !

- Le site de l'office de tourisme d'Écosse permet la recherche et la résa deB & B.

Les self-caterings

Il s'agit de logements tout équipés à louer. Intéressant en famille. Vous trouverez à nouveau une large sélection d'adresses sur le site de l'office de tourisme d'Écosse. Sinon, le National Trust propose lui aussi une large gamme d'hébergements de ce type.
Voir aussi le site (bien conçu) uniquescotland.com, qui propose aussi bien des appartements que des cottages de caractère.
self cartering

Manoirs, presbytères et fermes

Wolsey Lodges Ltd propose une quarantaine d'adresses de vieux manoirs, d'anciens presbytères et autres maisons de caractère en Écosse, dont les proprios accueillent des hôtes pour une ou plusieurs nuits. Fantômes non garantis.
Aussi Scottish Farmhouse Holidays.
Château de Balmoral

Les hôtels

On ne s'étendra pas trop sur ce mode d'hébergement, souvent beaucoup plus cher que le B & B, pour un confort généralement comparable. Seules les chaînes du type Premier Inn tirent leur épingle du jeu et proposent des tarifs vraiment concurrentiels... le cachet en moins. Les autres hôtels, souvent d'époque victorienne, dégagent un certain charme dans les parties communes, mais leurs chambres sont trop fréquemment exiguës, voire en mal de rénovations - ce qui est un comble pour le prix demandé. En revanche, nombre d'entre eux possèdent un restaurant, pas plus cher que les restaurants classiques, voire moins cher côté bar.

Les résidences universitaires

En été, dans toutes les grandes villes universitaires, possibilité de louer à la nuit ou à la semaine des chambres en cité U. Elles sont souvent assez confortables, bien équipées et assez proches du centre mais plutôt impersonnelles. Tarif préférentiel pour les étudiants.

Les campings

Assez nombreux.
La plupart des terrains sont fermés d'octobre ou novembre à mars. Vu les aléas de la météo, ils accueillent surtout des camping-cars et des caravanes, mais réservent souvent un petit espace aux tentes, toujours dans du gazon bien épais. Attention toutefois, certains campings n’ont aucun emplacement pour les tentes, alors renseignez-vous avant !
camping écossais

Leur degré de confort varie. Cela va de l’aire en pleine nature à peine pourvue d’un bloc sanitaire au camping 5 étoiles avec magasin bien fourni, sanitaires chauffés, piscine, pub, etc. Pratiquement tous possèdent une ou plusieurs machines à laver, une aire de jeux pour les enfants, et certains ont le wifi. En revanche, il n'y a pas souvent de cuisine. 
Les prix varient en fonction du nombre de personnes, du type et de la taille de l’emplacement. Compter £ 10-20 pour 2 adultes, avec une tente et la voiture. Cartes de paiement souvent acceptées.
Si en arrivant, la réception d’un camping est fermée, plantez votre tente sur un emplacement disponible, vous paierez le lendemain.

Les campings qui adhèrent au Camping & Caravanning Club ou au Caravan Club sont souvent les mieux équipés mais aussi les plus chers. Si vous n'avez pas de carte CCI (carte de camping internationale), vous devrez vous acquitter d'un supplément d'environ £ 7 par nuit ou d'une cotisation en tant que temporary member (membre temporaire) d'environ 30 € (sur Internet). Cette adhésion n'est valable que si vous privilégiez les campings de ces associations.
Le camping sauvage dans les coins isolés est très bien toléré, à condition de demander l'autorisation au propriétaire du terrain. 

 

Sports et loisirs

Randonnées

Des promenades familiales aux longues marches de chevronnés, lesHighlands font le bonheur de tous les randonneurs. Les chemins sont praticables d'avril à octobre, avec parfois encore de la neige en début de saison. Les Munros, baptisés du nom de leur compilateur (à la fin du XIXe siècle), désignent quelque 284 sommets d'une altitude supérieure à 3 000 pieds (soit 914 m), que tout montagnard écossais se fait un devoir de gravir au cours de son existence. Celui qui s'attaque à ces montagnes pratique donc le munro bagging !
Rando écossaise

Signalons quelques itinéraires bien balisés (comme les GR) :

Le West Highland Way, 96 miles (154 km) : accessible d'avril à octobre. Prévoir une semaine. Balisé par le chardon, de Glasgow à Fort William à l'ombre du Ben Nevis. Facile à suivre à ses débuts, sur la rive du loch Lomond, l'itinéraire monte progressivement à l'approche de Crianlarich, puis suit une route militaire avec des tronçons plus corsés. Nombreuses possibilités d'hébergement sur le parcours ; penser à réserver en haute saison.
Le West Highland Way

Great Glen Way, 73 miles (117 km) suit le canal Calédonien, de Fort William à Inverness. 4 à 6 jours. Les plus costauds peuvent donc prolonger l'itinéraire précédent. Certains tronçons empruntent des anciens chemins de halage, d'autres sinuent en pleine forêt. Nombreuses écluses en route.

Le Southern Upland Way, 212 miles (41 km) : c'est le plus long d'Écosse. D'ouest en est, il va de Portpatrick, près de Stranraer, à Cockburnspath dans les Borders. Vallées, forêts et collines sans trop de difficultés jalonnent l'itinéraire qui nécessite pourtant une préparation soignée dans les tronçons où l'hébergement n'est pas assuré. Compter 12 à 16 jours pour le trajet complet.

Le Speyside Way, 65 miles (104 km) :. au cœur des Grampians, part de Buckie sur la côte du Moray Firth et remonte le cours de la Spey jusqu'à Aviemore. Variante vers Tomintoul. Pas de difficulté particulière. Sentiers campagnards en bordure du massif du Cairngorm avec des possibilités d'arrêt pour visiter les distilleries.

Kintyre Way, 87 miles (139 km) : dans le comté d'Argyll, de Tarbert à la baie de Dunaverty, tout le long de la péninsule de Kintyre. 4 à 7 jours.

Quelques conseils

- Depuis 2005, le Parlement écossais a fait entrer en vigueur une nouvelle législation, le Scottish Outdoor Access Code. Il permet de fréquenter la quasi-totalité du territoire écossais dans la mesure où ce droit d'accès s'exerce de façon responsable, dans le respect d'autrui, des activités agricoles, forestières ou de pêche et chasse, et sans endommager le milieu naturel.

- Attention à la période de chasse, du 1er juillet au 20 octobre pour les cerfs (dimanche excepté), et du 21 octobre au 15 février pour les biches. Le mieux consiste à appeler l'estate (le proprio) qui pourra vous suggérer des alternatives pour contourner les zones de chasse.

- Les randonnées dans les Highlands nécessitent des aptitudes sportives. Les changements de temps y sont très brusques. Consultez les bulletins météo avant de partir.

Cyclotourisme et VTT

Il n'y a presque pas de pistes cyclables, mais les petites routes sinueuses des Highlands et leur faible trafic invitent les amateurs de cyclotourisme à découvrir les quatre coins de l'Écosse. Reste que croiser des véhicules n'est pas toujours simple, surtout lorsqu'il s'agit de camping-cars étrangers peu civils...

- Les routes se divisent en différentes catégories : les A sont les principales et les B les secondaires (M pour les autoroutes, à proscrire). Ensuite, le nombre indique leur degré d'importance. Les moins importantes sont les B suivies d'un maximum de chiffres. Quant aux autres (non classées), elles restent des valeurs sûres.

- Le site active.visitscotland.com présente une foultitude de circuits en cyclotourisme ou à VTT, de tous niveaux. L'office de tourisme édite également une brochure Cycle Scotland et une autre spécifique au VTT (mountain biking).

Golf

Les prestigieux golf clubs d'Édimbourg et de Saint Andrews ont été fondés dès le milieu du XVIIIe siècle par des gentlemen qui se côtoyaient assidûment dans les loges maçonniques. En 1868, enfin, les dames furent autorisées à arpenter les greens.
golf

L'Écosse compte plus de 550 terrains de golf et, contrairement à la perception que l'on en a sur le continent, ce n'est nullement un sport élitiste. Les droits d'entrée sont vraiment modiques. Les greens les plus anciens et les plus sélects entretiennent une tradition rigoureuse et exigent un parrainage, mais vous trouverez des terrains municipaux où un parcours ne vous coûtera que quelques livres (certains sont même gratuits). 
Et si l'on vous invite pour un parcours sur un des links côtiers, n'hésitez pas ! Le « 19e trou » (au club-house) n'en sera que plus chaleureux.

Rugby

L'origine de ce sport remonte au XIXe siècle, lorsqu'un lycéen (futur pasteur) prit la balle dans ses bras au cours d'un match de balle au pied dans la ville anglaise de... Rugby ! L'Écosse participe au tournoi des Six-Nations. Les matchs à domicile de l'équipe du Chardon se jouent au stade de Murrayfield, à Édimbourg.

Football

Après le ballon ovale, le ballon rond, et son derby électrique à Glasgow, les Celtic contre les Rangers, qui se rencontrent en championnat quatre fois par an. Enfin, qui se rencontraient. Le club des Rangers a été rétrogradé en 4e division en 2012, à cause de sa dette abyssale. L’occasion pour l’équipe aux 54 titres de champions d’Écosse de battre un nouveau record, celui de l’affluence à un match de 4e division. Les Rangers sont en moyenne suivis par 45 000 spectateurs...

Ski

Les Écossais font de leur mieux pour faire croire qu'il est possible de skier dans leur montagne. Et c'est vrai, pour les plus courageux de nos lecteurs visitant l'Écosse en hiver, qu'il est possible de skier dans cinq centres de sports d'hiver. Les hivers 2008, 2009 et 2010 ont été particulièrement enneigés. Activité assez onéreuse toutefois. Infos surski.visitscotland.com.

Cairngorm (près d'Aviemore) : très fréquenté, avec un funiculaire !
Glencoe : station pionnière d'Écosse, avec les pistes les plus raides.
Glenshie : la plus grande station, centre de ski de fond à proximité.
Lecht : petite station idéale pour les débutants, dans le Nord-Est.
Nevis Range : face au Ben Nevis ; équipement ultra-moderne.
- Enfin, on peut même glisser en indoor au Snow Factor, complexe installé dans la Braehead Arena, à Glasgow.
station ski en écosse

Les paris

Le sport en Grande-Bretagne est aussi invariablement associé aux paris. Les Écossais sont prêts à parier n'importe quoi sur tout. Lesbookmakers - une institution privée britannique - prennent même des paris sur le pays qui accueillera les prochains Jeux olympiques, ou tout simplement sur le temps qu'il fera demain.

La folie du bingo

Les femmes sont dingues du bingo, surtout les vieilles dames. Ce jeu qui ressemble au loto est typique de la Grande-Bretagne. Chaque ville a le sien. Il faut absolument y faire un tour en fin de journée. Chaque joueur dispose d'une carte et, dans un grand silence, le speakerannonce des numéros. Le gagnant est celui qui a tous ses numéros annoncés.  

 

Traditions

Châteaux et fantômes

Carte postale de l'Écosse, le château en ruine au bord d'un loch aux eaux troubles a toujours stimulé l'imagination des âmes romantiques. Les Écossais, en gens avisés, ont bien exploité le filon. Ils ont préservé soigneusement chaque pierre, restauré les châteaux les moins délabrés et les ont ouverts à un public plein de respect et d'admiration pour les chères vieilles reliques de l'aristocratie et leurs occupants... fussent-ils fantomatiques.

Les châteaux

Déjà à l'âge du fer, les anciens habitants de l'Écosse ont élevé de mystérieuses tours rondes et creuses, maçonnées de pierres, les « brochs ». On peut en voir aux Shetland, dans les Orcades et aux Hébrides.

Les châteaux médiévaux écossais se limitaient à de simples donjons défensifs. Il fallut attendre la Renaissance pour voir les seigneurs écossais se préoccuper de décoration et de raffinement. La couronne d'Écosse se permit quelques fantaisies inspirées d'outre-Manche comme à Stirling, Linlithgow et Falkland.
Après la Réforme, où les terres de l'Église furent distribuées, on assista à une prolifération de petits châteaux, toujours inspirés du donjon.

Tout en gardant des formes extérieures inspirées des forteresses médiévales, les demeures de prestige se parèrent de plus en plus d'intérieurs influencés par le classicisme et le style palladien.

Sans parvenir à retrouver la veine du « baronial » du XVIIe siècle, les palais de Scone, Abbotsford, Dalmeny House et Balmoral sous Victoria furent les porte-drapeaux d'un style authentiquement britannique face aux influences continentales.
chateau écossais

Les fantômes

Les fantômes naissent au XIXe siècle de la fièvre spéculative et du romantisme ambiant. La présence d'un fantôme dans la demeure s'avère une plus-value pour sa valeur immobilière. Les agents chargés de la vente d’une habitation hantée sont tenus d’informer discrètement l’acheteur des habitudes et petites manies du spectre ! Lorsqu’un château en est dépourvu, votre hôte dans l’embarras s’excuse avec une pointe de regret.
fantomes écossais

Conduite à tenir en cas de rencontre fortuite avec un de ces fantômes : selon les spécialistes, il convient, une fois l’effet de surprise dissipé, d’engager la conversation d’une manière courtoise et respectueuse. Puis d’écouter avec intérêt leur histoire : ils adorent raconter leur triste destinée. Puis de les saluer et de continuer bien tranquillement sa route.

Clans et tartans

Les clans

Le type de relations qui existe entre les Écossais constitue l'un des traits fondamentaux de la société celte.

Le clan, bien sûr, en émane directement. Le mot gaélique clannsignifie « enfants », « descendance ». Le clan, ce fut d'abord une famille avec le père pour chef. Son fils lui succédait ; de là vinrent les noms de famille commençant par Mac, qui signifie « fils ». Puis les liens parentaux se sont desserrés, et le terme prit une signification beaucoup plus large : appartenaient au clan tous ceux qui reconnaissaient l'autorité de son chef, dont tous les membres de la tribu portaient le nom. 
Les divisions naturelles de l'Écosse celte ont sans doute favorisé cette organisation sociale des clans soumis à une autorité patriarcale, et érigée en système tribal. Entre eux, les guerres étaient fréquentes et leur puissance gênait parfois les rois qui, à maintes reprises, tentèrent de réduire leur influence.

Chaque clan revendiquait sa devise en gaélique, en anglais ou parfois en français.
clan et tartan écossais

Les tartans

Le particularisme des clans s'est manifesté dans le port du tartan, un tissu écossais dont les motifs et les couleurs varient d'un clan à l'autre. L'obligation de porter le tartan du clan est une invention de la fin du XVIIIe siècle.

À l'origine, les tissus arboraient un dessin très simple à deux ou trois couleurs. Les teintures étaient obtenues à partir de produits naturels ; chaque vallée avait ses produits, donc ses couleurs, et les gens d'une même région portaient souvent des étoffes semblables.  Avec l'apparition des couleurs chimiques, les dessins sont devenus plus élaborés et plus variés.

Cornemuses

Lorsque des centaines de cornemuses attaquent à l'unisson les premières mesures de Scotland the Brave aux championnats mondiaux de cornemuse à Glasgow, c'est le cœur de l'Écosse qui se gonfle de fierté nationale. 
Cet instrument fut longtemps mis au ban des réprouvés. Le « Highland bagpipe », assimilé par les Anglais à la révolte jacobite, fut en effet interdit, jusqu'à ce que l'état-major britannique en reconnaisse les vertus entraînantes et guerrières, et l'impose dans tous les régiments écossais.
cornemuse

Art écossais par excellence, la cornemuse est jouée sur deux registres traditionnels : le ceol mor, grande musique écrite pour elle, et le ceol beag, musique légère inspirée des marches, gigues et autres danses populaires ou événements festifs. Depuis, des musiciens pop, tels Paul McCartney, Mike Oldfield et Rod Steward, ont intégré la cornemuse dans des morceaux restés célèbres.

Filer à l'écossaise

Ce sont les moines des grandes abbayes qui, dès le XIIIe siècle, importèrent de France et des Flandres les techniques du tissage et du filage. Toutes les conditions pour passer de l'artisanat à une activité industrielle florissante étaient réunies : riches pâtures constellées de moutons, rivières aux nombreuses cascades et banquiers entreprenants. Rouet, tricoteur et métier à tisser à vapeur furent les étapes techniques qui firent des Borders une région au développement économique précoce.

Si les tartans sont produits à l'échelle industrielle, les fameux lainages des Shetland, tissés de manière artisanale, reproduisent des motifs traditionnels.

Le tweed est né au début du XIXe siècle, lorsque des tisserands de Jedburgh bousculèrent la tradition des carreaux en introduisant des mouchetures dues à la torsion de fils de couleurs différentes. Des générations entières de gentlemen ont fait du tweed (du nom de la rivière écossaise Tweed) le symbole du confort et de l'élégance décontractée. Les mauvaises langues ajoutent que son succès est dû à sa qualité de tissu inusable et donc diablement économique.

Kilt et tradition du costume

Le kilt, qui était à l'origine le costume traditionnel highlandais, est maintenant associé à toute l'Écosse. Le kilt n'est porté que par les hommeset c'est un art. Ils attachent en effet une importance particulière aux accessoires. La bourse, portée sur le devant du kilt, lesporran, est de cuir. Les écussons, les crest badges, aux armoiries du clan, sont arborés avec fierté. Le couteau (Skean Dhu), glissé dans la chaussette, complète la tenue.
tenues écossaises

Ce paragraphe est extrait d'un ancien Guide évasion Écosse  (éd. Hachette), par Aude Bracquemont.

Savoir-vivre et coutumes

Ce qu'il ne faut pas faire

- Dire qu'un Écossais est anglais. British, passe encore, English non... 
- Serrer la main d'un Écossais, sauf quand on le voit pour la première fois, et on lui fait encore moins la bise, surtout si on ne le connaît pas ! 
- Resquiller dans une file d'attente. Faire la queue est une institution sacrée. Il faut la respecter, bien qu'il soit parfois difficile de savoir où il convient de la faire. On fait la queue pour prendre le bus ou le train, aux guichets des cinémas et des théâtres, mais pas au bar à l'entracte. 
- Fumer dans un lieu public, c'est désormais interdit. 
- Dans un pub, faire part de ses idées sur le football, surtout après quelques pintes. À certaines équipes sont associées des convictions religieuses. Cela engendre parfois des tensions qu'il est préférable d'éviter. Voir « Religions et croyances ». 
- Manquer de diplomatie sur la question du nationalisme. Attendre de mieux connaître son interlocuteur, pour ne pas heurter les sensibilités. Même topo pour l'Europe.

W-C publics

C'est une institution qui provoque la jalousie du reste du monde civilisé. On en trouve dans tous les lieux publics, à proximité des gares, des marchés, des hôpitaux, des rues commerçantes, etc., et jusque dans les plus petits villages. Ils sont gratuits, plutôt bien entretenus et souvent parfumés. Ils datent de l'époque victorienne, où les principes de l'hygiène étaient érigés au rang des vertus civiques. Alors, vous n'avez aucune excuse pour uriner au bord de la route, d'autant que cette attitude choquera les Écossais. 

 

Transports 

Pour tout renseignement sur les transports publics en Écosse, qu'il s'agisse des bus, trains ou ferries, renseignez-vous auprès de Traveline Scotland.

La voiture

La route

L'état des routes est, dans l'ensemble, excellent.

L'essence est grosso modo au même prix qu'en France, surtout le gazole (environ £ 1,50), mais le diesel est un peu plus cher que l'essence. Plus on monte dans le Nord et/ou dans les îles, plus les prix augmentent. On trouve des pompes un peu partout, même dans les coins isolés, mais les prix s'en ressentent. Essayez de repérer les stations des supermarchés Morrison's. Moins chères, elles sont présentes dans la plupart des grandes villes, beaucoup moins dans le Nord, au-delà d'Inverness.
L'essence sans plomb se dit unleaded (petrol).

- Attention, pour les véhicules français ou belges, il est impossible de faire le plein en GPL (LGP en anglais) en raison de la différence de taille des embouts ! Et personne ne propose d’adaptateurs...

Le code de la route

Vous devez être en possession du permis de conduire national. Si vous circulez avec votre propre voiture, il vous faut, comme en France, la carte grise et la carte verte d'assurance.

Attention, la priorité à droite n'existe pas : donc, à chaque carrefour, des feux, un stop ou des lignes peintes sur la chaussée indiquent qui a la priorité. 
Aux ronds-points (roundabouts), à prendre dans le sens des aiguilles d'une montre, les automobilistes déjà engagés sont prioritaires.

Les piétons sont toujours prioritaires. S'ils sont engagés bien évidemment, mais aussi s'ils attendent sagement à un passage piéton. Faites-y particulièrement attention, ainsi qu'aux pelican-crossings(passages pour piétons entre 2 lignes parallèles) et aux zebra-crossings (passages cloutés), signalés par des boules jaunes lumineuses.

Les véhicules prioritaires (police, pompiers, ambulances) le sont vraiment ! Là aussi, il vous faudra marquer un arrêt sur le bas-côté de la route et les laisser passer. Ralentir ne suffit pas !

On ne badine pas avec les limitations de vitesse :

  • en ville : 30 miles (48 km/h) ou, uniquement quand indiqué, 40 miles (64 km/h) ;
  • sur la route : 60 miles (97 km/h) ;
  • sur les autoroutes (motorways) et les quatre voies (dual carriageways) : 70 miles (113 km/h). 

Il ne sert à rien de pousser, ralenti qu'on est par les roundabouts. Un détour pour prendre une autoroute, même éloignée, vous fait souvent gagner un temps considérable. Les autoroutes sont gratuites.

Le taux d'alcool est officiellement de 0,8 g/l, mais la police comme les politiques militent en faveur du « zéro alcool ». Attention donc aux contrôles.

La conduite est à gauche.

Si vous êtes en vacances et souhaitez admirer le paysage, ce n’est pas forcément le cas de ceux derrière vous, profitez donc des passing places pour les laisser passer.

Pour louer une voiture, il faut avoir 21 ans minimum chez la plupart des loueurs et un, voire deux ans de permis. On vous demandera votre permis de conduire national (en principe, celui-ci suffit) et une carte de paiement internationale.

Le stationnement

Peu problématique dans les coins paumés, mais parfois payant à proximité de sites ou centres d’intérêt les plus touristiques (châteaux, départ de randonnées, etc.), compter en général £ 2 la journée ; il s'avère beaucoup plus difficile et onéreux lorsqu'on arrive en ville. Gardez toujours de la petite monnaie, il y a des horodateurs partout ou presque.

En ville, pour un stationnement un peu prolongé, préférer le Long Stay Parking au Short Stay Parking. Même s'il vous faudra souvent marcher un petit peu plus pour rejoindre le centre, les tarifs du premier sont beaucoup plus doux.

Ne comptez pas sur l'indulgence des contractuels. La loi, c'est la loi, et l'addition est salée.

- Les lignes jaunes sur le bord des trottoirs indiquent des restrictions : une ligne unique interdit le stationnement aux heures indiquées sur les panneaux, une double l’interdit totalement.

- En ville, une rue sans voitures garées ou presque, sans parcmètre ni horodateur ? Méfiance : le stationnement y est sans doute réservé aux riverains. PV garanti si vous y stationnez, et là aussi, la somme à payer est cruelle pour le budget.

Le stop

En général, les Écossais prennent assez facilement en stop, du moins à la campagne, pas évident en ville. Si vous leur montrez que vous aimez l'Écosse, comme ils sont très fiers de leur pays (à juste titre d'ailleurs), ils n'hésiteront pas à faire des détours pour vous faire découvrir des coins qui échappent aux touristes.

La bicyclette

Dans les endroits touristiques, il est souvent possible de louer des bicyclettes (hire a bike) ou VTT à la journée, à un prix... un peu élevé. On compte peu de pistes cyclables, mais le trafic sur les jolies routes de campagne est vraiment limité.
Presque tous les trains ont des fourgons qui permettent d'embarquer les vélos, certes en nombre réduit. Il vaut mieux réserver en demandant le système bike it by train (gratuit).

Le bus

C'est le mode de transport public le plus répandu en Écosse, et pour cause : le réseau ferroviaire est relativement limité. La compagnie nationale Citylink relie les différentes régions. À l'intérieur de celles-ci, c'est une ou plusieurs compagnie(s) locale(s) qui assure(nt) le relais. Pour simplifier, elles sont pour la plupart regroupées sous la bannière de Stagecoach, dont les déclinaisons locales couvrent toute la Grande-Bretagne. Vous pourrez généralement en obtenir les horaires dans les offices de  tourisme ou sur stagecoach.com
Si les villes d'une certaine importance possèdent leur gare routière, en revanche, dans les petites villes, les bus s'arrêtent simplement à un endroit donné.
Plus on s'écarte des grands chemins, plus la fréquence des bus diminue, jusqu'à devenir nulle dans certains coins reculés. Dernier recours alors : les bus (ou fourgons) postaux. C'est sympa mais pas forcément rapide.
Pour les bus urbains, toujours avoir l'appoint car on paie à l'aide d'un petit automate qui ne rend pas la monnaie.

Citylink propose l'Explorer Pass, une carte permettant de circuler librement pendant 3 jours sur 5 (£ 39), 5 jours sur 10 (£ 59) ou 8 jours sur 16 (£ 79). Ce dernier donne droit à certaines réductions sur les ferries à destination des îles, sur des attractions et même à la gratuité de la carte des AJ.

La compagnie Megabus (bus low-cost) permet de voyager à partir de £ 1 le trajet ! Plus on réserve tôt, meilleur est le tarif. Le concept est valable sur toute la Grande-Bretagne mais concerne uniquement les villes.

Le train

Pratique pour relier les villes les plus importantes d'Écosse mais en gros, ça s'arrête là. Procurez-vous dans les gares (ou offices de tourisme) les petites brochures reprenant les horaires.
train en écosse

Renseignements sur scotrail.co.uk et nationalrail.co.uk.

- Les billets achetés suffisamment longtemps à l'avance (jusqu'à la veille du départ avant 18 h) peuvent revenir de 30 à 60 % moins cher. Ça s'appelle les advance purchase tickets.

Plusieurs forfaits intéressants

BritRail Consecutive Pass : permet de voyager librement sur tout le réseau ferroviaire britannique (Angleterre, pays de Galles, Écosse) du matin à la tombée de la nuit, pendant 2, 4, 8, 15, 22 jours ou 1 mois consécutifs. En 2de classe, 110-550 € pour 2 jours à 1 mois.
BritRail Flexipass : même chose que le BritRail Euro Consecutive Pass, mais en plus souple. Permet de voyager 2, 3, 4, 8 ou 15 jours (consécutifs ou non) répartis sur un mois. Tarifs de 135 € (2 jours) à 475 € (15 jours).
Inter Rail One Country Pass : permet de circuler sur le réseau ferroviaire britannique 3, 4, 6 ou 8 jours (consécutifs ou non) répartis sur 1 mois. 144 € par adulte pour 3 jours, 218 € pour 8 jours ; réduc pour les moins de 26 ans.
Attention, ces forfaits ne sont pas vendus en Grande-Bretagne et doivent être achetés sur le continent.
- Britail Freedom of Scotland Travelpass : permet de circuler librement sur le réseau ferroviaire écossais, sur les ferries de la compagnieCaledonian MacBrayne ainsi que sur certaines lignes des autocarsCitylinkStagecoachD&E CoachesFirst Scotland East.
Highland Rover : même principe que le Freedom of Scotland Travelpass, mais seulement pour les Highlands du Nord et de l'Ouest. Forfait de 4 jours sur 8 : £ 82.
Central Scotland Rover : forfait de 3 jours sur 7 à £ 47. Pour le centre de l'Écosse, Édimbourg et Glasgow (et son métro). Idéal pour faire les festivals.

Les ferries

Comme on peut s'en douter, l'Écosse dispose d'un excellent réseau de ferries, permettant de passer aisément d'une île à l'autre. À de rares exceptions près, voitures, caravanes et camping-cars y sont acceptés, mais les tarifs sont très élevés. Certaines liaisons ne sont pas assurées le dimanche ni en basse saison. 
ferries
En général, vous devez vous présenter 30 à 45 mn avant l'embarquement. Il est également préférable de réserver son ticket la veille du départ, voire (si vous avez un véhicule) plusieurs semaines à l'avance sur les lignes très touristiques en été, comme celles de Lewis et Harris.

 

Itinéraires conseillés 

Une semaine en Écosse

2 jours à Édimbourg

  • Le Royal Mile, du château au Palace of Holyroodhouse
  • Les musées de Dean Village
  • Le National Museum of Scotland
  • La National Gallery of Scotland
  • Une balade dans Old Town et New Town.

La route du Whisky (1 jour)

  • Le château de Glamis, ou Dunnottar en route
  • Glenfiddich à Dufftown
  • Strathisla à Keith
  • Macallan près de Craigellachie

Les Highlands (3 jours)

  • Inverness et le loch Ness
  • Glencoe
  • Oban

Glasgow (1 jour)

  • Sur les traces du designer de génie Charles Rennie Mackintosh (entre autres, la Glasgow School of Art).
  • Ne pas manquer aussi the Burell Collection, the Riverside Museum et la cathédrale Saint Mungo.

Dix jours en Écosse

Édimbourg (2 jours)

  • Même programme que ci-dessus.

Les Highlands (6 jours)

  • Inverness et le loch Ness (1 jour), Ullapool, Gairloch, Torridon, Lochcarron (1 jour), l’île de Skye (2-3 jours), Glencoe, Oban (1 ou 2 jours).

Le Centre (1 jour)

  • Les Trossachs avec Aberfoyle et Callander
  • Balades en forêt et sur le loch Katrine
  • Le château et la vieille ville de Stirling.

Glasgow (1 jour)

Même programme que ci-dessus.

Trois semaines en Écosse

Édimbourg et environs (3 jours)

Même programme que plus haut, avec, en plus, les environs de la ville :

  • Rosslyn Chapel
  • Tantallon Castle
  • Blackness Castle
  • Linlithgow Palace
  • Les ponts du Firth of Forth

Le Sud (2 jours)

  • Melrose et Abbotsford House (la maison de Walter Scott)
  • Traquair House
  • Drumlanrig Castle
  • Kirkcudbright (les vieilles maisons fleuries et les bateaux colorés)
  • Culzean Castle.

Glasgow (2 jours)

Même programme que ci-dessus avec, en plus :

  • Le People’s Palace
  • New Lanark dans les environs.

Le Centre (5 jours)

  • Les Trossachs avec Aberfoyle et Callander, balades en forêt et sur le loch Katrine, le château, Old Town Jail et la vieille ville de Stirling (1 jour).
  • La péninsule de Fife : Culross, Pittenweem, Anstruther, Crail, Saint Andrews : la cathédrale, le château et la plage des West Sands (1 jour et demi).
  • Scone Palace, Dunkeld ; le château de Glamis et la vallée de Glen Clova ; Pitlochry et Blair Castle (1 jour et demi).
  • La route du Whisky (1 jour) : Glenfiddich à Dufftown ; Strathisla à Keith et Macallan près de Craigellachie.

Les Highlands (10 jours)

  • Aviemore et le Cairngorm via Glenshee et Braemar (2 jours)
  • Inverness et le loch Ness (1 jour)
  • De Kylesku à Lochinver par la côte, les environs du loch Assynt (1 jour)
  • Ullapool, Gairloch, Torridon, Lochcarron (1 jour)
  • L’île de Skye (2 jours)
  • La péninsule d’Ardnamurchan, Fort William (1 jour)
  • Glencoe, Oban (1 jour)
  • Le loch Lomond (1 jour).

 

Itinéraires thématiques

Culture

Ne ratez surtout pas les chefs-d’œuvre de la National Gallery of Scotland d’Édimbourg, célèbre à juste titre pour la qualité exceptionnelle de ses collections de peinture européenne ; ainsi quà Glasgow, les expositions temporaires d’envergure et la collection Paolozzi, proposées dans le cadre somptueux des Scottish National Gallery of Modern Art One and Two. Et en plus, c’est gratuit, comme la grande majorité des musées de Glasgow, qui sont d’une diversité et d’une qualité qui devraient rassasier même les plus assoiffés de découvertes. Ne pas manquer non plus les œuvres avant-gardistes du génial architecte Charles Rennie Mackintosh.

Dans le Sud, Melrose Abbey et Culzean Castle s’offrent aux férus d’architecture, le château de Drumlanrig (près de Wanlockhead) aux amateurs d’art (peinture notamment). Les passionnés d’Histoire ne passeront pas à côté des palais de Holyrood à Édimbourg, deFalkland dans la péninsule de Fife et surtout de Scone, près de Perth, lieu de couronnement de 40 rois. Autre résidence royale : le château de Glamis. Certains monarques finissaient à l’île d’Iona, lieu de sépulture royale où l'on admire encore une belle abbaye.

Bien plus ancien, Skara Brae, un des plus vieux villages néolithiques d’Europe, situé dans les Orcades, archipel riche en sites archéologiques classés au Patrimoine de l’Unesco.

À ceux qui voudront marcher sur les traces des deux grands auteurs classiques écossais, direction le sud : sir Walter Scott à Abbotsford House et à Dryburgh Abbey près de Melrose ; le poète Robert Burns à Alloway et Dumfries.

En famille

Pensez à offrir à vos petits bouts une plongée en apnée dans l’univers épique des premières heures de notre planète, mises en scène à grand renfort d’effets spéciaux au Dynamic Earth d’Édimbourg, à moins de préférer les délires visuels proposés dans le musée de l’illusion de la camera obscura, ou encore de leur faire découvrir les formidables bestioles et machines improbables qui peuplent leNational Museum of Scotland.

À Glasgow, décortiquez avec eux les collections du Kelvingrove Museum ou encore du Riverside Museum, et son incroyable panoplie de transports. À Glasgow toujours, emmenez-les découvrir laScotland Street School Museum, une école construite au début du XXe siècle par le célèbre architecte Charles Rennie Mackintosh. Ils pourront même y jouer à la marelle dans les couloirs ! Et pour mieux comprendre l’univers des enfants à cette époque et même avant, ne pas manquer à New Lanark, au sud de Glasgow, The Annie McLeod Experience. Saut dans le temps aussi à Newtonmore, plus au nord, et son Highland Folk Museum. Et saut dans la fiction, sur les traces de Harry Potter à Glenfinnan et son photogénique viaduc.

Mais pour se défouler pleinement, rendez-vous dans un des châteaux qui ont eu la bonne idée de créer des parcours accrobranches dans leur parc : le Bowhill House and Countrypark, près de Selkirk dans le Sud, par exemple, et le Crathes Castle dans les Grampians, ou encore l’accrobranche dans les Trossachs, le Go Ape (littéralement « devenir fou » ! tout un programme) près d’Aberfoyle. Et pourquoi ne pas tenter la Falkirk Wheel, un ascenseur à bateaux, unique ; observer dans les airs les balbuzards, rapaces aujourd’hui protégés, dans la réserve de Loch of the Lowes près de Dunkeld et sous la mer, des phoques, marsouins et parfois requins-pèlerins du côté deGairloch ; s’initier à l’escalade et à l’alpinisme au Ice Factor, à Kinlochleven, près de Glencoe.

En amoureux

La grimpette jusqu’à Arthur’s Seat au sommet de Holyrood Park à Édimbourg s’impose, pour échanger un baiser (ou au moins prendre une photo !) devant le plus beau panorama de la ville et des environs. Tout comme la Sweetheart Abbey (près de Dumfries, dans le Sud). Et que dire des douces flâneries dans les jardins de la Haddo Houseet des châteaux de Crathes et Edzell ; de la plage somptueuse deSandwood Bay où une sirène aurait été aperçue ; des dernières lueurs du soleil qui drapent le loch Katrine de couleurs irréelles, de quoi inspirer les plus poètes de nos lecteurs.

Nature

Partez à l’assaut des parcs nationaux comme celui du Cairngorm, des vallées cachées de l’Angus, des lochs aux bleus métalliques, des falaises où nichent par milliers les oiseaux vers Stonehaven ou àForvie. Ne manquez pas non plus le Mull of Galloway, dans le Sud où alternent plages de sable et falaises déchiquetées, allez observer la colonie géante de fous de Bassan à proximité de Bass Rock et autres oiseaux sur Handa Island, de l’autre côté du pays ou sur l’îlot deStaffa. Très belle réserve ornithologique également à Westray etPapa Westray, dans les Orcades, mais aussi belles observations en vue dans les Shetland. Les amoureux de grands espaces ouvriront leurs poumons sur la côte nord et ouest : le paysage grandiose de lapéninsule de Coigach, la nature sauvage dans l’île de Jura avec excursion en bateau au tourbillon de Corryvreckan. Et, si vous voulez être dans le vent, allez arpenter les fjords (voes) des îles Shetland, l’île de Skye ou, mieux encore, celle de Lewis et Harris, car là, en plus de paysages de bout du monde, vous pourrez plonger votre regard (pour les orteils, c’est trop froid !) dans les eaux turquoise de la mer se déroulant sur d’incroyables plages de sable blanc.

Sports

Une randonnée à pied, à cheval ou à vélo dans le Galloway Forest Park, dans le Sud, le tour du loch Katrine à la force des mollets. Plus swing, tapez la petite balle sur un des fameux greens de Saint-Andrews (ou ailleurs, il en existe un peu partout en Écosse). Que ce soit autour de lochs, dans la forêt, la lande et la bruyère, des sentiers ont été balisés pour permettre des randonnées très souvent magnifiques. En Écosse, les marcheurs sont rois ! Les plus sportifs s’engageront sur les chemins au départ de Glencoe, berceau de l’alpinisme écossais, ou tenteront d’escalader un mur de glace (Ice Factor), à Kinlochleven, près de Glencoe, dans une ancienne usine d’aluminium. Sinon, le tour du Loch Muick à Ballater, les ascensions du Ben Nevis et du Cairngorm ou sa descente à ski devraient suffire à vous fatiguer.
Pour les sensations fortes, rien de tel que les pistes de VTT du Nevis Range, près de Fort William, utilisées pour les championnats du monde de la discipline (pour sportifs confirmés uniquement !).

Insolite

Passez donc une nuit au pied du phare de Buchan Ness à Boddam, dans les Grampians, pour vous rêver descendant de Stevenson ; ou carrément à l’intérieur d’un phare transformé en auberge, près deGairloch. Passez la nuit au Lands of Loyal à Alyth pour vous draper dans les habits d’un lord, avant d’enchaîner sur un concours de lancer de tronc, épreuve incontournable des Highland Games. Si vous n’avez pas les bras pour balancer des troncs, peut-être aurez-vous les jambes pour vous trémousser toute la nuit à The Arches, la plus grande discothèque d’Écosse, située à Glasgow, sous les voies de chemin de fer. Embarquez à bord de la Falkirk Wheel, près de Stirling, ou enfoncez-vous dans le Secret Bunker, non loin de Saint Andrews. Autre souvenir de guerre, l’Italian Chapel dans les Orcades, improbable édifice décoré en trompe l’œil par des prisonniers italiens.

Et puis, tiens, un Scottish breakfast complet, avec boudin, lard, saucisse et des beans étalés sur un toast, c’est pas un peu bizarre quand même ?

People tendance monarchiste

Embarquez absolument à bord du Royal Yatch Britannia amarré à Leith (Édimbourg) pour en apprendre long sur les us et coutumes de la famille royale, avant d’enchaîner avec la visite du Palace of Holyroodhouse, résidence officielle du monarque. Falkland Palaceoù vécut Mary Stuart et son fils, le futur Jacques VI, Castle of Mey, quand le prince Charles n’y est pas en vacances, le château de Glamis qui vit les premiers pas d’Élisabeth II et de la princesse Margareth. Là où vécut aussi la reine mère.

Whisky

Faites donc le tour des distilleries de whisky du Speyside, des plus grandes comme Glenlivet et Glenfiddich à la plus petite, Benromach, pour finir par la visite de la tonnellerie de Craigellachie. Plus à l’ouest et dans les îles, le goût est plus tourbé.
Les amateurs de bière ne sauront plus où donner de la chopine, toutes les régions et de très nombreux pubs brassant leur propre breuvage, version lagerale ou real ale.

 

Géographie 

La superficie de l'Écosse avoisine les 78 000 km², un territoire que la France pourrait contenir sept fois. Située aux marges de l'Europe, elle est séparée de l'Angleterre par les monts Cheviot et bordée par la mer du Nord sur sa façade est, et par l'Atlantique à l'ouest.

Pour simplifier, l'Écosse est formée de massifs anciens relevés au Tertiaire, où l'empreinte des anciens glaciers forme de profondes vallées en auge, appelées straths ou glens. La proximité de la mer ne fait qu'accentuer le relief en s'insérant profondément dans les terres, formant ainsi une multitude d'estuaires (firths) et de lacs (lochs). De ce fait, le littoral représente près de 10 000 km et plusieurs centaines d'îles ou îlots.

À l'intérieur des terres, on distingue quatre grands ensembles :

Les Southern Uplands au sud, « hautes terres du Sud », dont l'altitude varie de 300 m à 843 m au Merrick, dans le Sud-Ouest. Malgré leur faible altitude et leur forme arrondie, elles présentent déjà certaines caractéristiques des Highlands. C'est dans cette région que les rivières Clyde et Tweed prennent leur source.

Les Central Lowlands, « basses terres du Centre », constituent une plaine d'effondrement au sol fertile. Elles sont bordées par les failles du Southern Upland Fault au sud et du Highland Boundary Fault au nord, traversant l'Écosse en diagonale. C'est aussi dans cette zone que coulent les plus longs fleuves d'Écosse, la Clyde et en partie la Tay.

Les Highlands, « hautes terres », couvrent plus de la moitié du pays. C'est ici que l'on trouve les plus grands lacs d'Écosse : le Loch Lomond (le plus grand), le Loch Ness (le plus connu), mais aussi le Loch Tay et le Loch Katrine, très impressionnants. Cette zone est séparée par le Great Glen, une ligne de faille suivant un axe sud-ouest/nord-est, c'est-à-dire de Fort William à Inverness, où se niche le Loch Ness.

Le massif des Grampians : le relief montagneux, qui se trouve à l'est de la faille du Loch Ness, forme le massif des Grampians, courant de Fort William à Stonehaven. Il se compose de hauts plateaux à l'est culminant au Ben MacDui (1 309 m). Au fur et à mesure que l'on progresse vers l'ouest, le paysage devient de plus en plus accidenté, s'élevant jusqu'à 1 343 m au Ben Nevis, le sommet le plus haut de Grande-Bretagne. Le réseau hydrographique se limite à quelques rivières comme la Spey, la Dee ou le Don.

- Ajoutons les îles. Au sud, dans l'estuaire de la Clyde, se trouve l'île d'Arran, facile d'accès et donc très visitée. Les îles de l'Ouest,Western Isles, se divisent en Hébrides, dites intérieures (de Gigha à Skye) et extérieures (de Barra à Lewis et Harris). Enfin, au nord, se situent deux importants archipels, les Orcades et les Shetland.

 

 

paysage écossais

écosse