Bonjour, nous somme le 22/09/2017 10:58:11 Passez une agréable journée.

 

pays basque 

Pays basque et Béarn

Pays basque et Béarn par Yannick Urquijo 

Herria. C’est ce même mot qui désigne en basque à la fois le pays et le peuple. Un Basque se nomme lui-même Euskaldun, littéralement « celui qui parle le basque ». Comprendre le Pays basque, c’est comprendre cette alchimie subtile qui unit la langue, l’homme et sa terre.
Au Pays basque, le voyageur entendra partout les mêmes sons rocailleux de la langue, le même nasillement des gaitas, la même musique du même monde. Peu à peu, les mêmes signes lui apparaîtront au nord comme au sud pour dessiner le visage de ce qu’il faut bien appeler la civilisation basque.
Le voyageur n’hésitera plus, au bout de quelques jours au Pays basque, à quitter les stations de la côte pour aller à la découverte des villages de montagne. Et même les bistrots populaires des villes prolétaires deviendront des chaudrons où s’élaborent les recettes de l’amitié.
Le même voyageur au Pays basque ira même voir côté Béarn si l’herbe n’est pas plus verte que chez le voisin à qui l’Histoire le lie désormais, en attendant le jour où un hypothétique département béarnais permettra à ces peuples frères de retrouver chacun leur autonomie.

 béarn

 

Carte d'identité Pays basque et Béarn

Divisions traditionnelles

Provinces : Labourd (Lapurdi), Basse-Navarre (Behe Nafarroa) et Soule (Xiberoa).
Capitales : Bayonne (Baiona, 46 190 habitants), Saint-Jean-Pied-de-Port (Donibane-Garazi, 1 700 habitants) et Mauléon-Licharre (Maule-Lextarre, 3 440 habitants).

Divisions administratives

Les trois provinces du Labourd, de la Basse-Navarre et de la Soule composent l'arrondissement de Bayonne et une partie de l'arrondissement d'Oloron (département des Pyrénées-Atlantiques).

Données générales

Superficie : Labourd : 875 km² ; Basse-Navarre : 1 345 km² ; Soule : 845 km².
- Langue officielle : le français.
Principales industries : un peu d'aéronautique et la glisse (certains parlent de Glissicon Valley pour caractériser le boom de tout ce qui est lié au surf et aux sports de glisse sur la Côte basque).
Sites inscrits au Patrimoine mondial de l'Unesco : les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle (inscrits en 1998 pour la France).

 

Infos pratiques 

 

Adresses utiles

Comité départemental de tourisme Béarn-Pays basque : 2, allée des Platanes, 64100 Bayonne. Tél. : 05-59-30-01-30. 
Envoi sur simple demande des informations et documents thématiques : sports et nature, culture et art de vivre, pêche en eau douce...

Gîtes de France

Maison des Gîtes de France et du Tourisme vert : pour commander des brochures, s'adresser au 56, rue Saint-Lazare, 75009 Paris. Tél. : 01-49-70-75-75. Accueil téléphonique du lundi au vendredi de 10h à 18h. 

Relais départemental des Gîtes de France des Pyrénées-Atlantiques : 20, rue Gassion, 64000 Pau. Tél. : 05-59-11-20-64. Contact par téléphone, du lundi au vendredi de 9h à 18h, et le samedi de 9h30 à 16h30.
Autre adresse : 4, rue Notre-Dame, 64100 Bayonne. Tél. : 05-59-46-37-00. Contact par téléphone, du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 18h, et le samedi de 9h30 à 12h30.

Carte internationale d’étudiant (ISIC)

La carte ISIC prouve le statut d’étudiant dans le monde entier et permet de bénéficier de tous les avantages, services et réductions dans les domaines du transport, de l’hébergement, de la culture, des loisirs, du shopping... 
La carte ISIC permet aussi d’accéder à des avantages exclusifs sur le voyage (billets d’avion spécial étudiants, hôtels et auberges de jeunesse, assurances, cartes SIM internationales, location de voiture, navette aéroport...).

Carte d'adhésion internationale 
aux auberges de jeunesse (FUAJ)

La carte FUAJ vous ouvre les portes des 4 000 auberges de jeunesse du réseau HI-Hostelling International en France et dans le monde. Vous pouvez ainsi parcourir 90 pays à des prix avantageux et bénéficier de tarifs préférentiels avec les partenaires des auberges de jeunesse HI
Enfin, vous intégrez une communauté mondiale de voyageurs partageant les mêmes valeurs : plaisir de la rencontre, respect des différences et échange dans un esprit convivial. 
Il n’y a pas de limite d’âge pour séjourner en auberge de jeunesse. Il faut simplement être adhérent.

 

Géographie 

 

Oubliez la vision simpliste des Pyrénées qui vont d'Hendaye au cap Cerbère. La ligne de crête part vers le sud-ouest au niveau de Roncevaux. Au nord de cette ligne, Labourd, Basse-Navarre, Soule, Gipuzkoa et Biscaye. Au sud, l'Álava et la Navarre. 
Tout le Nord est une zone de collines assez escarpées : dès 500-600 m, les Basques parlent de « montagnes ». Les vallées sont très marquées et se resserrent parfois en gorges impressionnantes.

La caractéristique essentielle, comme dans toutes les Pyrénées, c'est l'organisation en vallées formées au nord par les affluents de l'Adour et quelques fleuves côtiers, au sud par les affluents de l'Èbre.

Au nord du Pays basque, les trois provinces françaises que sont le Labourd, la Basse-Navarre et la Soule appartiennent au département des Pyrénées-Atlantiques (qui comprend en outre le Béarn).

Climat

Question climat, il y a deux Pays basques, l'un ouvert sur l'Atlantique, l'autre sur la Méditerranée par la vallée de l'Èbre. On y trouve donc au moins deux climats (plus les innombrables microclimats). 
Les Pyrénées sont des pièges à nuages et à pluie. Si les nuages s'accrochent sur la Rhune et qu'il pleut, changez de côté. En général, il fait toujours beau d'un côté ou de l'autre de la chaîne. 
Les fleuves coulent vers l'Atlantique, l'influence océanique est donc très marquée.

On distingue plusieurs zones climatiques.

- Une zone océanique englobe la Biscaye, le Gipuzkoa, le Labourd, la Basse-Navarre et la Soule du Nord : il y pleut plus en hiver qu'en été, la moyenne des températures oscille entre 5 et 22 °C, avec des pointes jusqu'à 38 °C (en juillet et août) et des minima légèrement en dessous de 0 °C. Au nord de la chaîne existe un phénomène de vent du sud qui peut se produire en plein hiver et faire monter la température en décembre à 14 ou 15 °C. Il faut donc toujours prévoir un imperméable et, en avant ou arrière-saison, une petite laine pour les soirées.

- La zone de montagne qui correspond au massif d’Iraty jouit d’unclimat subalpin avec enneigement hivernal (on y pratique d’ailleurs le ski de randonnée).

- Au sud de la ligne de partage des eaux, une large bande correspond à un climat méditerranéen tempéré, car des influences océaniques s'y font encore sentir : c'est l'Álava, la Navarre du Nord et du Centre. Si la moyenne est identique à celle des autres provinces, les écarts y sont plus importants : les températures supérieures à 35 °C ne sont pas rares l'été, et des pointes jusqu'à - 15 °C peuvent être enregistrées l'hiver.

Environnement

Fous d'oxygène, accros des forêts, junkies des falaises, ce pays est pour vous. Le Pays basque et le Béarn, par leur climat et leur structure géologique, offrent une grande diversité de paysages sauvages. Sorti des grands axes, on peut passer une journée sans voir âme qui vive, ce qui a permis la conservation de certaines espèces menacées, comme le vautour fauve, ou de races anciennes de chevaux (le pottok). Et comme, en plus, les montagnes basques sont l'un des plus grands couloirs de migration européens, ça change tout le temps. Seulement, cette jolie médaille a son revers. La mer n’est pas, tant s’en faut, la plus propre d’Europe.

pays basque

Pollution

Toutes les plages sont polluées, certaines gravement. L'une des causes est la pollution de l'Adour. Un bon tiers des Bayonnais, par exemple, envoient leurs eaux usées directement dans le fleuve. Détournée par une grande digue, l'eau de l'Adour s'incurve vers le sud et va lécher les plages d'Anglet et de Biarritz. 
Résultat : aucun pavillon bleu avant la plage de Getaria, en Gipuzkoa. Quant aux pavillons noirs décernés jusqu'en 2004 par la Surfrider Foundation, ils flottaient sur tout le Pays basque français et ont permis une prise de conscience. La situation s'améliore donc, mais il reste du chemin à faire.

adour

Énergies renouvelables

En Navarre notamment, le choix des énergies renouvelables est un choix politique que le voyageur ne peut ignorer. Dans cette région de montagnes et de vents soutenus, trois solutions ont été retenues : lesbarrages hydroélectriques, les panneaux solaires et les champs d'éoliennes. Actuellement, environ 75 % des énergies consommées en Navarre proviennent de sources renouvelables. L'ambition de la Navarre dans ce domaine est spectaculaire.

éoliennes

Les barrages, très nombreux, hébergent souvent des équipements touristiques (baignades, gîtes ruraux, centres de voile).
L'énergie solaire commence à faire son trou, lentement mais sûrement.

Les parcs naturels

Il n'y en a aucun dans le Pays basque Nord ! Le gouvernement français, ayant créé le parc national des Pyrénées en territoire béarnais, a jugé que la protection de la nature pyrénéenne était assurée et n'a rien fait en Pays basque. Peut-être parce que des projets d'autoroutes ou de voies ferrées étaient déjà dans les cartons...

La chasse à la palombe

palombe

Au Pays basque, c'est un sujet sacré. Dès les premiers jours d'octobre, votre interlocuteur s'interrompt pour lever le nez au ciel à la recherche d'un vol de pigeons. C'est que la palombe, ici, est un oiseau sacré.

La palombe n'est autre que le pigeon ramier commun à toutes les grandes villes. De tout temps, les Basques ont guettés les palombes.

Aujourd'hui, le 4x4 a rendu les cols accessibles à tous, le fusil a presque partout remplacé les filets, et les millions d'oiseaux des belles années se sont considérablement raréfiés, au point que chasseurs et écolos s'entendent désormais pour affirmer que la palombe migratrice est menacée.

Le pottok

pottok

C'est ce petit cheval rustique, libre comme l'air, que vous allez rencontrer sur les pentes des monts pyrénéens. De son vrai nom en basque eskualdun pottoka, ou pottok (prononcer « potiok »), il semble bien avoir été le premier cheval connu. Le pottok est cependant aujourd'hui de plus en plus utilisé par les centres équestres pour les randonnées.

 

 

Culture et Traditions 

 

Les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle

pays basque

Classés « Itinéraires culturels européens » par le Conseil de l’Europe en 1987 et inscrits au Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, les chemins vers Compostelle étaient déjà foulés par de nombreux pèlerins en l’an 1000. 
Aujourd’hui encore, on en compte près de 500 000 chaque année. En Pays basque, le Camino est une réalité toujours vivante depuis dix siècles et fort méconnue des voyageurs.

Aujourd'hui

Les pèlerins sont de plus en plus nombreux chaque année à suivre les traces de saint Jacques. La majorité affichent autour de 50 ans, mais les très jeunes et les octogénaires ne sont pas rares, et même les Japonais s'y sont mis. Certains apportent à leur démarche une ferveur religieuse. Mais la plupart voient simplement dans les sentiers de Saint-Jacques l'occasion d'une longue randonnée pédestre et culturelle, alliant l'effort physique à la découverte de l'art roman et des somptueux paysages des plateaux navarrais ou des sierras de l'Álava.

Musique, danses et chansons

Les Basques possèdent un très grand sens de la musique et adorent chanter. Cependant, paradoxalement, vous aurez peu l'occasion de les entendre. Au Pays basque, il faut avant tout être à l'affût des fêtes locales et de villages. Avec un peu de chance, vous tomberez sur une soirée ou un spectacle musical et de danse organisé pour l'occasion.

Un moyen d'entendre les Basques chanter est de se rendre à la messe en basque. Ne pas rater les grandes fêtes religieuses, comme la célébration de la Fête-Dieu (Phesta-Berri) à Hélette et en Arberoue fin mai, début juin. On y chante à gorge déployée. Cantiques basques extraordinaires, empreints d'une sereine gravité, d'une belle ferveur. Et, en prime, des soldats d'opérette, avec des costumes de fantaisie, quelques pas de danse, des cuivres et des tambours.

Le chant choral

chorale basque

Plus qu'une tradition, c'est une passion. Les chœurs d'hommes sont légion. La plus petite formation est un chœur de 8 hommes, mais il n'est pas rare de rencontrer des chœurs de 50 ou 80 bonshommes. Le chant basque est toujours une polyphonie. Il existe quelques chœurs mixtes, surtout pour l'interprétation de la musique religieuse.

La musique moderne

Plusieurs tendances chez les jeunes chanteurs basques.

Les chanteurs à thème ont naturellement trouvé leur place dans une société hyper-sensibilisée. Ce sont des mélodistes qui accordent une grande attention aux paroles. Leurs concerts attirent un énorme public, et leurs prises de position sont toujours très attendues et suivies. Leur audience dépasse le Pays basque.

La langue basque se prête bien au rock. Les sonorités rêches collent au rythme et à la musique, et les groupes sont nombreux avec un public fidèle.

La tendance folk existe sous toutes les formes possibles, depuis les adaptations électrifiées des classiques basques jusqu'à la simple utilisation de la langue sur des thèmes musicaux étrangers.

Danses et traditions

danse basque

Les danses basques sont innombrables et les costumes souvent exceptionnels. Surtout, elles sont encore largement pratiquées, et pas seulement par des groupes professionnels. Dans de nombreuses fêtes, on se retrouve pour danser, et peu importe que l’on soit novice ou spécialiste, il suffit de suivre le mouvement. Certaines danses, en revanche, requièrent entraînement et expérience.

Ainsi, dans les grandes occasions, vous pourrez voir danser l'aureskuou saut d'honneur. Hiératique, vêtu de blanc et rouge, armé de deux poignards, un jeune danseur exécute quelques sauts et pas codés devant une personnalité à célébrer. L'auresku est souvent dansé devant l'autel d'une église lors d'une messe solennelle.

l'aureskuou

Les bertsularis

Les bertsularis

Vous verrez régulièrement des affiches annonçant des concours debertsus. Il s'agit d'une poésie improvisée, chantée, sur un thème imposé. En fait, il s'agit d'une forme de « duel de chants » que l'on retrouve sur une partie de la façade atlantique (et même au Groenland), où les compétiteurs se répondent, se moquent les uns des autres. Pour un non-bascophone, c'est totalement hermétique.

Religions, fêtes et croyances

Vous êtes en terre farouchement catholique. On processionne volontiers pour la Fête-Dieu. Les messes sont un temps fort de la vie de la communauté et elles sont dites le plus souvent en basque.

Le clergé basque est un clergé actif, voire activiste. C'est l'Action catholique qui a été à la base de la création du syndicalisme paysan. La visée anticapitaliste était forte, les paysans basques étant fortement impliqués dans la lutte antimondialisation. 

procession religieuse au pays basque 

 

Cuisine et Boissons 

 

Cuisine

Il n'y a pas une, mais deux cuisines basques : la cuisine de la montagne, terre d'élevage de l'agneau et du porc, et la cuisine de la côte, domaine des pêcheurs.

La cuisson a la plancha (planxa)

Le secret de la cuisine basque ! Tout s'y prête : seiches, ventrèche de thon, calamars, moules, merlu, gambas, côte de bœuf, aubergines, tomates, piquillos ou champignons... Une plaque en acier, fonte ou inox, chauffée à très haute température, permet de saisir instantanément les aliments qui gardent ainsi tout leur jus, toute leur saveur. 

La cuisine de la côte

Elle utilise surtout, bien sûr, les poissons et fruits de mer avec, en vedettes, l’anchois, la morue, le merlu et les tourteaux ou araignées de mer. Certains produits viennent du voisinage : les moules de Galice et les huîtres d’Arcachon. Les gambas (grosses crevettes) viennent, quant à elles, plutôt de Huelva (sud de l’Espagne)... ou des mers tropicales.

Le poisson du golfe de Gascogne est un poisson de mer froide, et les pêcheurs prétendent que le bon poisson se capture pendant les mois finissant en « r » (septembre, etc.).
Choisissez, autant que faire se peut, un poisson « de ligne » : les poissons pêchés au chalut sont compressés et souvent abîmés par les mailles du filet, tandis que le poisson de ligne est parfaitement préservé. La présence de poisson de ligne sur une carte est une garantie de qualité. Mais il est aussi plus cher. Même vendu directement par les pêcheurs sur le port, le poisson reste un produit cher.

La cuisine de l'intérieur

- Les Basques utilisent abondamment le porc, mais pas n'importe lequel : il faut un cochon pie (rose et noir) élevé en liberté en montagne. De nombreux restos proposent du jambon serrano (jambon de montagne espagnol très sec), et quelques-uns du jabugo (jambon de cochon sauvage, parfois hybride de sanglier - très cher). Le jambon de bellota, peut-être encore meilleur que le précédent, signifie que le cochon s'est nourri à la glandée en forêt.
La saucisse est souvent servie confite et très cuite. La saucisse basque traditionnelle (chistorra) est fine, sèche et assez pimentée.

L'agneau est le plus souvent servi grillé, sauf dans le cas dutxillindron où il est cuisiné en petits dés avec des poivrons. Le mouton est largement utilisé, notamment pour faire des petits boudins (tripoxa) cuisinés à la tomate. Un des plats phare de la région (en tout cas dans le Nord et le Béarn) reste la fricassée de ris d’agneau.

Le veau est, avec le piment d'Espelette, l'ingrédient principal de l'axoa. Il a souvent l'aspect d'un hachis en sauce.
Le bœuf est fort présent lui aussi. La côte de bœuf, grillée a la plancha, est même un incontournable du « menu cidrerie ». 
Les escargots sont une spécialité de la côte. Ils sont cuisinés en sauce avec du jambon et de l'oignon. 
- Les gras-doubles sont un plat traditionnel du Pays basque. Ils se différencient des tripes classiques par l'abondance des épices utilisées.

La palombe se mange rôtie lors du passage (octobre-novembre) et en salmis toute l’année. Nous déconseillons d’en consommer : la plupart des palombes servies hors zones et périodes de chasse viennent des pays de l’Est, où une chasse anarchique détruit les populations de ces oiseaux.

Le jambon de Bayonne

jambon de bayonne

Depuis 1999, le jambon de Bayonne est protégé par une Indication géographique protégée (IGP). Cependant, nous sommes loin d’aimer cette IGP. Les jambons qui auront satisfait au cahier des charges seront marqués d’une croix basque et du mot « Bayonne », mais le cahier des charges permet de drôles de choses.

- Si vous passez à Bayonne à Pâques, vous assisterez à la foire au jambon qui s’y tient depuis cinq siècles.

Fruits et légumes

Le piment d'Espelette, séché et réduit en poudre, sert à relever les plats car il n'est guère plus piquant que le poivre mais beaucoup plus parfumé parce qu'il a séché au soleil. 

piment d'espelette


La piperade est un mélange de poivrons verts et rouges avec un peu de tomate. 
Les cèpes ne peuvent être frais qu'à l'automne, ce qui n'empêche pas de les voir sur les cartes toute l'année. Les conserves sont acceptables s'il s'agit de champignons locaux et non de cèpes importés : préférez les producteurs artisanaux.

Fromages, laitages et pâtisseries

fromage basque

Les yaourts au lait caillé de brebis s'appellent mamia en basque. C'est délicieux avec un peu de miel ou de confiture de cerises noires.
- Le seul fromage basque est le fromage de brebis à base de lait le plus souvent cru appelé ardi gasna, « fromage de brebis ».
Préférez les producteurs aux revendeurs. Sur les marchés, des stands offrent un choix multiple.
Les taloas sont des galettes de farines mélangées (50 % de blé, 50 % de maïs), traditionnellement servies avec des œufs et de la ventrèche.
- Enfin, le gâteau basque, traditionnellement fourré à la crème pâtissière ou à la confiture de cerises noires, voire au chocolat.

Le cacao

Il arrive du Mexique en Espagne dès le début du XVIe siècle. À Bayonne et à Biarritz, l'industrie chocolatière basque travaille à plein rendement. La tradition se perpétue, notamment à Bayonne, fondée sur des produits à forte teneur en cacao, sans adjonction de lait et un peu amers.

La nouvelle cuisine basque

Les recettes de base sont des recettes traditionnelles où les meilleurs produits possibles sont retravaillés avec des ingrédients nouveaux qui les modifient légèrement mais sans en changer la substance. À quelques exceptions près, les portions sont copieuses.

Boissons

Le cidre

L'ancêtre des boissons basques est le cidre. Le cidre basque (sagarnoa) est assez vert et un peu astringent, mais très rafraîchissant. Tout repose sur un subtil mélange entre pommes acides, pommes douces et pommes amères. Selon la tradition, le cidre se boit dans les cidreries à la fin de l'hiver.

Une vraie cidrerie est un endroit un peu magique, plein de monde et de bruit, où l'on boit à volonté en mangeant des plats simples et toujours identiques : morue, omelette, côte de bœuf.

Le vin

Concernant le vin (arnoa), plusieurs grandes appellations viticoles se partagent le gâteau.

L'irouléguy est un vin blanc, rouge ou rosé dont la réputation n'en finit pas de grandir. Le vignoble se trouve essentiellement sur les pentes du mont Arradoy près du village d'Irouléguy, en Basse-Navarre.

Liqueurs et alcools

La liqueur fétiche du pays, ce n'est pas l'izarra mais le patxaran, macération de prunelles dans de l'alcool d'anis. La production de prunelles sauvages n'a pas suivi celle de la liqueur, et on trouve beaucoup de patxarans fabriqués avec de l'essence aromatique importée. Ne boire que les bouteilles où l'on peut voir les prunelles.

La manzana est un alcool de pomme verte.

La bière

Les Basques boivent également beaucoup de bière, c'est même la boisson la plus répandue.
Tant qu’à siffler une mousse, autant essayer celles du coin, à commencer par une des plus répandues, Eki. Nombreuses bières artisanales également.

 

 

Que faire au Pays Basque et en Béarn

 

Sports

Le Pays basque Nord se passionne plus volontiers pour le rugby (c’est l’influence du Sud-Ouest) que pour le basket (malgré l’influence proche de l’Élan béarnais).

Et puis il y a le reste. Les jeux basques, jeux de force, jeux de pelote ou courses de traînières. Les jeux importés qui ont trouvé au Pays basque le terrain propice à leur développement sont le surf, grâce aux vagues, et le golf en raison du climat et d’une certaine anglophilie de la bourgeoisie locale. Quant au tennis, il a trouvé un terreau favorable dans la pratique de la pelote.

La pelote basque

pelote basque

Pas un village qui n'ait son fronton, et, dès qu'un mur est libre, on y trouve deux gamins en train de taper la balle. Qui n'a jamais tapé dans une pelote n'est pas vraiment basque.

La pelote est l'un des jeux les plus anciens de la région.

C'est au cours du XXe siècle que les diverses formes de pelote basque vont se mettre en place. Traditionnellement, on jouait soit enplace libre, soit en trinquet. Dans le premier cas, un seul mur, de face, pouvait recevoir la pelote, alors que, dans le second cas, les joueurs disposent des quatre murs, ce qui permet de très nombreuses combinaisons.

Pour résumer, il y a cinq possibilités de relancer la pelote : à main nue, avec un gant de cuir, avec une raquette en bois, avec une raquette à filet, avec un gant en bois de châtaignier recourbé ; et l'un des trois lieux possibles : un haut mur élevé en plein air, trois ou quatre murs couverts. Mais tous ces éléments ne sont pas combinables.

Selon l'endroit où vous vous trouverez, vous ne pourrez pas assister à tous les types de jeux.

La force basque

force basque

Durant l'été, de nombreux villages proposent des spectacles de « force basque ». Cette tradition remonte à 1951 : le curé de Saint-Palais, désireux d'améliorer les finances de son patronage, organisa le premier festival de Force basque connu. Cet ecclésiastique codifia les compétitions auxquelles se livraient jadis les jeunes gens des villages. 
Voir une corde tendue à se rompre, tirée par deux équipes championnes, vaut le coup d'œil. D'un côté, les huit tireurs de Saint-Martin-d'Arberoue (près d'une tonne à eux huit), et de l'autre, les huit costauds d'Espelette (à peine plus légers, mais plus jeunes) encouragés par un millier de spectateurs chantant en basque : un spectacle étonnant.

force basque

Les jeux de force basque sont directement issus des activités rurales traditionnelles. On distingue six groupes d'épreuves.

Les traînières

traînières basques

Ce sport, issu de la tradition maritime, avait beaucoup décliné au nord mais est en train de renaître sous la pression de quelques passionnés.
Une traînière est une grosse chaloupe qui peut accueillir douze rameurs et un barreur. La traînière est l'exacte descendante des chaloupes de baleiniers qui allaient harponner les cétacés au début du XIXe siècle. 
Les courses ont lieu en général pendant les fêtes locales et opposent plusieurs équipages.
Si vous assistez à une course de traînières, munissez-vous de jumelles et suivez la foule : il y a des points où l'on voit mieux que d'autres.

Le golf

golf basque

On a déjà parlé de l'anglophilie de nombreux Basques et du climat humide. Ajoutons les touristes d'un certain standing. Tout concordait pour faire du golf un sport basque.
Les premiers golfs apparaissent à Biarritz et Bilbao au début du XXe siècle. Pendant longtemps, ce fut un sport un peu élitiste. Et puis, avec la démocratisation (relative) de ce sport, les golfs se sont multipliés. On en compte aujourd'hui une quarantaine, pratiquement tous sur la côte, à l'exception de trois clubs près de Vitoria et des cinq clubs navarrais. 
Les plus anciens parcours et les plus chic sont Chiberta à Anglet-Biarritz, Chantaco à Saint-Jean-de-Luz, le Royal Golf Clubd'Hondarribia et Neguri près de Bilbao.

Le rugby

rugby

Depuis l’avènement du professionnalisme, le palmarès du club du Biarritz olympique s’est étoffé et son ancrage dans le Pays basque renforcé.
Poids lourd du Top 14 français, le BOPB - BO pour les intimes - a enchaîné au début du millénaire les titres nationaux, suivis de belles performances européennes.
Distant de seulement 5 km, le frère ennemi, le club de l’Aviron bayonnais, se défend bien lui aussi au sein de l’élite du rugby français, mais avec des moyens plus modestes. 
Le derby entre les deux clubs est un sommet, prompt à réveiller sur le terrain - et avec fair play - la vieille rivalité Bayonne/Biarritz.

Le surf

surf pays basque

Il débarque à Biarritz au milieu des années 1950, quand le cinéaste américain Peter Viertel, venu tourner un film, est séduit par les vagues. Au début, il s'agit surtout d'un sport pratiqué par quelques touristes de bonne famille. Puis les gens du cru s'y mettent. Le surf est aujourd'hui un sport à multiples facettes : long boardshort boardbodyboard, etc.

Les spots mythiques des premières années, comme la côte des Basques à Biarritz, se sont multipliés. De Mundaka à Anglet, vous trouverez nombre de magasins, de fabricants ou réparateurs de planches, d'écoles, de stages d'initiation.

Le surfwear (vêtements de sport) sont devenus un marché. La marque la plus connue, Quiksilver, est fabriquée à Saint-Jean-de-Luz par une équipe d'Australiens.

Randonnées

randonnée

Le Pays basque est traversé et couvert par un important réseau de sentiers aménagés et balisés. Qu'il s'agisse de randonner en famille ou entre amis sur des sentiers locaux (balisés en jaune) ou des chemins de grande randonnée (GR, balisés en rouge et blanc), la randonnée ici plus qu'ailleurs vous permet de découvrir certains des trésors les plus secrets du Pays basque. Paysages le plus souvent époustouflants.

Pour traverser d'est en ouest le Pays basque sur le GR 10, comptez 10 jours. Pour vous fondre parmi les pèlerins de Saint-Jacques, de Saint-Palais à Roncevaux, prévoyez 3 à 4 jours. Mais pour découvrir les cromlechs d'Okabé au cœur de la montagne basque, à peine quelques heures suffisent...

 

 

A Voir 

 

S'embarquer pour une tournée des bars dans le petit Bayonne. Admirer les surfers sur les plages d'Anglet, de Guéthary, ou de Biarritz. Visiter le port et la vieille ville de Saint-Jean de Luz. 
Quitter la côte, à la découverte de beaux villages autenthiques. Assister à une frénétique partie de pelote. Se plonger dans les paysages sauvages des vallées d'Aspe ou d'Ossau en Béarn.

 

Ainhoa Bayonne

Ainhoa Localiser Ainhoa sur la carte

L’un des « Plus Beaux Villages de France », ses maisons à colombages aux volets rouges et verts

Bayonne Localiser Bayonne sur la carte

Ville typique et pittoresque, et la cathédrale Sainte-Marie, inscrite à l’Unesco

Biarritz Cambo-les-Bains

Biarritz Localiser Biarritz sur la carte

Paradis du surf et de la thalasso, ses villas néobasques et ses rochers

Cambo-les-Bains Localiser Cambo-les-Bains sur la carte

Ville-jardin conjuguant architecture et nature, importante station de cure

Espelette Hendaye

Espelette Localiser Espelette sur la carte

Les piments rouges et les pittoresques maisons labourdines à encorbellements

Hendaye Localiser Hendaye sur la carte

Ses belles villas néobasques sur le front de mer

La Rhune Oloron-Sainte-Marie

La Rhune Localiser La Rhune sur la carte

La montagne la plus célèbre de la région, ses pottoks et son panorama époustouflant

Oloron-Sainte-Marie Localiser Oloron-Sainte-Marie sur la carte

La plus vieille cité du Béarn, et ses vieilles demeures sur le gave d’Aspe

Pau Saint-Jean-de-Luz

Pau Localiser Pau sur la carte

« Capitale » du Béarn, son château et la chaîne des Pyrénées en toile de fond

Saint-Jean-de-Luz Localiser Saint-Jean-de-Luz sur la carte

Station balnéaire coquette et bourgeoise

Saint-Jean-Pied-de-Port Vallée d'Aspe

Saint-Jean-Pied-de-Port Localiser Saint-Jean-Pied-de-Port sur la carte

Sa muraille rose, ses rues médiévales et ses jardins en cascade

Vallée d'Aspe Localiser Vallée d'Aspe sur la carte

Ses paysages et ses villages pittoresques

Vallée d'Ossau Vallée du Barétous

Vallée d'Ossau Localiser Vallée d'Ossau sur la carte

L’un des musts du Béarn, sa transhumance de juillet et son fromage de brebis

Vallée du Barétous Localiser Vallée du Barétous sur la carte

Le pays des quatre mousquetaires, et ses grandes forêts

 

 

Itinéraires Pays Basque et Béarn 

 

Le Labourd

  • Bayonne (Baiona)
  • Anglet (Angelu)
  • Biarritz (Miarritz)
  • Saint-Jean-de-Luz (Donibane Lohitzun)
  • Urrugne (Iruña)
  • Hendaye (Hendaia)

La Basse-Navarre

  • Bidarray (Bidarrai)
  • Saint-Étienne-de-Baïgorry (Baigorri)
  • Banca
  • Urepel (Urepele)
  • Saint-Jean-Pied-de-Port (Donibane Garazi)
  • La vallée de l'Arberoue : les grottes préhistoriques d'Isturitz et d'Oxocelhaya, le château d'Iholdy (Iholdi), Saint-Palais (Donapaleu)

La Soule

  • Mauléon-Licharre (Maule-Lextarre) : le château d'Andurain de Maytie, la fabrique d'espadrilles
  • Environs de Mauléon-Licharre (Maule-Lextarre) : l'hôpital-Saint-Blaise (Ospitale Pia), Gotein (Gotane), Sauguis, Trois-Villes (Iruri), Barcus (Barkoxe)
  • Route de Mauléon-Licharre (Maule-Lextarre) à Saint-Jean-Pied-de-Port : Ordiarp (Urdiñarbe)
  • Sainte-Engrâce (Santa Grazi) : l'église
  • Larrau (Larraiñe) : la passerelle d'Holzarte ou les gorges de Kakouetta
  • Forêt d'Iraty

Le Béarn

  • Pau
  • Oloron-Sainte-Marie
  • Vallée d'Aspe
  • Vallée d'Ossau
  • Vallée du Barétous

 

 pays basque

Béarn

 pic du midi d'ossou